L'autre carnet de Jimidi

Ce que je trouve sur l'architecture ronde (et ce qu'elle m'inspire…)

Casa Balint – Betera (Espagne) – Fran Sivestre Arquitectos – 2014 ou 2015

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 06

Cette maison est très heureusement réussie, parfaite dans son genre, sa forme épurée. Parfaites les photos de Diego Opazo. Parfaite la vidéo d’Alfonso Calza (je crédite, je crédite à fond !)  parfaite la communication du cabinet Fran Sivestre Arquitectos de Valencia (Spain) sur le site duquel tu trouveras tout ce qu’il faut pour rabâcher comme le font les vingt sites sur lesquels m’ont conduit mes recherches. Ils disent tous exactement la même chose, de la même façon avec les même photos à l’appui. Les sites de design et d’architecture (dont pas un n’a mis les pieds sur place) mais également tous les sites de toutes les pros ayant peu ou prou mis la main à la pâte. Le fabriquant de Krion, bien sûr, ce matériau synthétique (ici dans sa déclinaison blanche) dont la Casa Balint fait immodérément usage, mais également l’entreprise qui l’a usiné, celle qui l’a mis en forme, celle qui en a assuré la pose… Je n’ai pas été jusqu’à chercher qui avait mis la javel dans la piscine, mais je ne doute pas de trouver sur son site les mêmes photos et le même argumentaire, plus ou moins mal traduit, présentant le pourquoi du comment du projet. Un fatras conceptuel duquel je ne retiendrai (avec des pincettes) que cette idée « d’intégration dans le paysage » que je trouve un peu casse-gueule. La seule époque où l’habitat humain était incontestablement intégré dans le paysage, il doit falloir aller la chercher au paléolithique, quand il vivait dans des grottes, parce que dès qu’il s’est mis à construire, même une hutte en rondin, ça devait se voir comme le nez au milieu de la figure. Le paysage, l’architecture le compose, elle ajoute, elle n’a pas vocation à s’y fondre en disparaissant, mais plutôt de le mettre en valeur, souvent par contraste. J’ai deux exemples en tête illustrant cette idée qu’un ouvrage réussi ajoute une beauté différente à une beauté préexistante : Le viaduc de Millau et la maisons bulles d’Antii Lovag. Pour le viaduc ça se tient tendu entre sa monumentalité (il est gigantesque) et sa simplicité, légère. C’est un peu ce qui se joue à l’écran quand un « monstre sacré », acteur énorme, actrice au sommet (je pense à Meryl Streep) arrive à te surprendre, à te toucher, malgré sa très envahissante renommée. D’une certaine façon, le viaduc de Millau est également très envahissant : on le voit de très très loin, il barre toute la vallée, et pourtant, il est parfait et parfaitement bien là où il est. Pour les maisons bulle – pas du tout discrètes elles non plus – ça joue à mon sens sur autre chose. Elles ont des formes de calebasse, de gousse, de graine et consciemment ou non, on associe leurs forme à d’autres formes naturelles si bien que posées sur des rochers ou parmi des arbres ou en bord de mer, elles paraissent « naturellement » être chez elles.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 23

À quoi voudrait donc s’intégrer la Casa Balint ? Certainement pas à ses voisines. La vue satellite ne laisse planer aucun doute là-dessus, à l’ouest, c’est de la néo-hacienda cossue-bouffie et du Lego à angles vif à l’est. Tu dis ? Au golf côté jardin ? Tu penses aux bac à sables en forme de haricots ? Alors tout s’explique, parce que ça s’appelle des « bunkers ». Je ne m’étonne donc plus que la Casa Balint ait des airs de blokhaus chic. Attention, c’est un compliment pour moi : j’aime les blockhaus. Bref, le seule paysage auquel soit bien intégrée la Casa Balint, on l’aura compris, c’est le paysage médiatique de son époque.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 19 (situation) Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 20 (situation)

Mais on s’en fout puisque, je le redis, elle est belle et à ce titre, elle serait belle partout. Prêt pour la visite guidée ? Accroche toi, parce que les prises de vue sont tellement travaillées qu’on finit par ne plus comprendre là où on est ni comment tout ça s’organise.

Alors disons que tu arrives de la rue. Tu tombes sur un mur et deux portails. Le premier te permet de rentrer sous l’avancée, la pointe du ovale. (Le deuxième portail s’ouvre sur une rampe inclinée qui descend au sous-sol.) Tu descend de voiture et tu entres dans la Casa Balint par la grande porte.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 24

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 12

Là, c’est une sorte de Hall très ouvert en hauteur jusqu’à la verrière du toit, avec à ta droite l’escalier qui dessert le sous-sol et l’étage, devant, le séjour et à ta gauche, une cloison percée d’une sorte de passe plat, qui donne sur la cuisine derrière.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 08

↑ Ce qu’on voit en entrant dans la maison.

↓ Vu vers l’entrée et le hall. La surface blanche, devant, est la table du coin salle à manger. À l’endroit idéal pour une cheminée : la télé. Dommage !

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 09

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 10↑ Du coin salle à manger (les chaises ont été virée) aperçu vers la cuisine, puis au delà, le mur sur la rue. Par la baie vitrée, à droite, l’escalier extérieur donne sur une cour et sur le sous-sol.

↓ Le photographe doit être dos à la télé. Gros plan sur le canapé, le passe plat de la cuisine et l’ouverture du hall sur le toit. À l’étage, une coursive avec un garde-corps en verre fumé dans lequel se reflète la verrière du toit.   Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 11

↓ La verrière, qui éclaire le hall.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 22

↓ Vue de l’extérieur, la cuisine

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 07

↓ On était à l’extérieur, restons-y : la cour. En amorce, à droite, probablement un escalier symétrique de celui qu’on voit, qui doit aller à la piscine et au jardin.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 14

↓↓↓ Des vues extérieures

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 01 bis Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 01 Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 02 Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 05 Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 04 Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 06

↓↓ D’autres vues, de l’intérieur

↓ Une chambre

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 13

↓ Une salle de bain.

Casa Balint - fran silvestre arquitectos - Photo 21

Publicités

2 commentaires sur “Casa Balint – Betera (Espagne) – Fran Sivestre Arquitectos – 2014 ou 2015

  1. Jeanpaul
    18 mars 2016

    Quelle grâce ! Tel un yacht tronçonné dans un iceberg, s’en va-t-il fendre l’eau de sa piscine ?

    J'aime

    • Jimidi
      18 mars 2016

      Tu vois un bateau, toi ? (Ah mais oui, c’est vrai que tu es en Bretagne…) perso, plutôt une centrifugeuse à fruits. (Ah mais oui, c’est vrai, je suis en Bourgogne…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 mars 2016 par dans Architecture ronde.
%d blogueurs aiment cette page :