L'autre carnet de Jimidi

Ce que je trouve sur l'architecture ronde (et ce qu'elle m'inspire…)

Natural space dome

Natural-space-dome - Photo 1

C’est décidé, je n’habiterai pas un dôme géodésique. Apportant une contribution appréciée aux articles sur l’architecture ronde, Louve propose dans un commentaire un lien vers « Natural Space Dome » une entreprise étasunienne et vers une vidéo présentant certaines réalisations de cette entreprise. Sur le projet lui-même, rien à dire. Présenter pour convaincre d’éventuel futurs clients des réalisations achevées dont la visite est assurée et commentée par leurs habitants : tout bien.

Le premier problème, mais il est un peu périphérique par rapport à l’architecture ronde, c’est l’idée directrice de la vidéo. Ras-su-rer. Le natural space dome, Bill, c’est une maison comme les autres. Peut-être un petit peu mieux que les autres. Mais regarde : les habitants ont la chemise de flanelle à carreaux réglementaire, la même déco approximative que chez toi, c’est encombré pareil et, oh ! Leur penderie ! C’est le même bordel qu’à la maison ! Si au bout d’une heure vous n’avez pas compris que vous vous y sentiriez des pieds comme chez vous parce que ça ressemble à chez vous, votre cas est désespéré. Y’a du brave gens sur tous les plans. On est donc très très loin des doux rêveurs. Empâtés par un garage double, une aile, un ajout, une entrée, un auvent, une vigie, on ne voit parfois plus trop où est le dôme et on finit par se demander en quoi réside l’intérêt, par rapport à une construction bois traditionnelle. La bande son doit apporter d’utiles précisions à ce sujet mais mon anglais n’est plus (il n’a jamais été) et ma carte son non plus.

Rappelons quand même l’intérêt premier du dôme géodésique, c’est sa modularité. C’est-à-dire qu’avec des longerons droits, identiques, reliées par un assemblage toujours le même, vous pouvez construire une structure quasi hémisphérique, dégageant à l’intérieur un volume complètement libre, que vous pourrez organiser et aménager tant mal que pire en étages puis en pièces.

Mais y’a un mais. C’est pas du tout rond, un dôme géodésique, c’est tout en facettes triangulaires. De plus, chaque facette est recouverte de lambris striant l’espace dans une direction différente de l’une à l’autre. Visuellement, c’est une migraine. Parce que je ne vous ai pas dit, mais l’intérêt d’habiter dans des espaces courbes, pour moi, c’est d’imaginer que le regard n’est pas (ou moins) arrêté par des angles. Or un dôme géodésique, mes pauvres enfants, mais c’est UNIQUEMENT constitué d’angles ! Je pense qu’avec des yeux à facettes ça doit passer.


Natural-space-dome - Photo 2

De notre correspondante au Québec, qui passait devant, à l’occasion d’une balade en juillet 2010 un peu après le village de Saint-Camille, à une quarantaine de km de Sherbrooke

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 novembre 2015 par dans Architecture ronde, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :