L'autre carnet de Jimidi

Ce que je trouve sur l'architecture ronde (et ce qu'elle m'inspire…)

Panoptique

prison-cubaine-panoptique-04-800x530

Un jour, qui se situerait idéalement en 1775 (on verra plus loin pourquoi), possiblement un mardi, Jeremy Bentham, philosophe de 37 ans tout imprégné de droit (et possiblement de ce qu’il avait bu la veille), se réveille à Londres avec la vision d’une architecture ronde qui allait selon lui, enfin ! « assurer le plus grand bonheur possible au plus grand nombre. » Quand ce genre de vision étincelante arrive, en général, on se recouche et on attend que ça passe. Pas lui. Il a vu (j’ai bien dit vu) ; il a eu la révélation ; il sait. Il trouve un nom ma foi assez accrocheur à la chose : « Panopticon », « Panoptique » en français (qu’il parle parfaitement) et n’aura de cesse que de convaincre le reste de monde des bienfaits de son idée. Ça a foiré.

Ça a déjà foiré de son vivant, tant en Angleterre qu’en France. Ça a foiré dans les établissement construits selon ce que leurs concepteurs avaient bien voulu retenir de ses idées. Ça a définitivement foiré quand pile deux cent ans plus tard, Michel Foucault, également philosophe, à dézingué cette idée de « panoptique » dans « Surveiller et punir » comme métaphore d’un modèle social genre « Big brother is watching you » (Georges Orwell – « 1984 » – paru en 1949. Le nazisme était passé par là.)

Oui mais qu’avait-il vu, ce bon Jeremy Bentham ? Selon Foucault (mais n’importe quelle photo en donne une bonne idée) :

À la périphérie, un bâtiment en anneau ; au centre, une tour ; celle-ci est percée de larges fenêtres qui ouvrent sur la face intérieure de l’anneau. Le bâtiment périphérique est divisé en cellules, dont chacune traverse toute l’épaisseur du bâtiment. Ces cellules ont deux fenêtres : l’une, ouverte vers l’intérieur, correspondant aux fenêtres de la tour ; l’autre, donnant sur l’extérieur, permet à la lumière de traverser la cellule de part en part. Il suffit alors de placer un surveillant dans la tour centrale, et dans chaque cellule d’enfermer un fou, un malade, un condamné, un ouvrier ou un écolier. Par l’effet du contre-jour, on peut saisir de la tour, se découpant dans la lumière, les petites silhouettes captives dans les cellules de la périphérie. (In « L’œil du pouvoir »)

 

Oui, parce que le modèle panoptique, en plus des prisons, devait pouvoir se décliner en hôpitaux, écoles, usines, asiles… pour le plus grand nombre. Perso, j’aime à penser que dans les raison qui ont fait foirer les prisons panoptiques, il y a l’insupportable sensation des gardiens placés au centre de se sentir en permanence observés par des milliers de paires d’yeux.

Sources :

 

 

Prison circulaire d’Autun

Panoptique - prison circulaire d'Autun - 1852 - Photo 02

 

Panoptique - prison circulaire d'Autun - 1852 - Photo 03

 

Panoptique - prison circulaire d'Autun - 1852 - Photo 01

 

La très vieille prison circulaire d’Autun ↑ – France – construite en 1852, ne reprend du panoptique que la disposition circulaire des cellules. Les portes étant opaques, la surveillance ne s’exerce pas du centre.

Stateville Prison Illinois – USA

Panoptique - Stateville Prison - 1919 - 1927- Illinois - USA - Photo 03

Panoptique - Stateville Prison - 1919 - 1927- Illinois - USA - Photo 01

Panoptique - Stateville Prison - 1919 - 1927- Illinois - USA - Photo 04

Panoptique - Stateville Prison - 1919 - 1927 - Illinois - USA - Photo 02

Construits en 1919 pour l’un et 1927 pour l’autre, ces deux bâtiments circulaires font partie du « Stateville Correctional Center » en Illinois – USA et tout ça fonctionnait encore bien en 2002, date des photos les plus récentes. En revanche, la prison cubaine « Presido Modelo », installée sur la Isla de la Juventus, est maintenant désaffectée (Ci-dessous et en en-tête de l’article)

Panoptique - Presido Modelo - Cuba - photo 01

Publicités

3 commentaires sur “Panoptique

  1. lise
    29 mai 2014

    évidemment, il est plus difficile de se cacher en sortant d’un de ces bâtiments ronds. D’où l’avantage pour une architecture pénitentiaire. Au Stateville Correctionnel Center (Illinois) j’imagine un peu ce que cela doit donner ( ou ce que cela donnerait ) si et quand les prisonniers se mutinant, ils se mettaient tous a hurler devant leur porte : la résonnance serait impossible à endurer. Justement, cette question d’acoustique en milieu rond et formes architecturales sans angles, c’est ce qui a primé dans l’édification des cathédrales dont les chœurs, tous, sont de forme semi-circulaire.

    J'aime

    • br'1
      27 septembre 2015

      Tiens? Oui. Ça ferait peut-être d’excellentes salles de concert, quelle bonne idée! Je vois bien les musiciens au milieu et le public dans les cellules autour, comme à la Halle aux Grains à Toulouse. Ou alors les musiciens dispatchés dans les cellules et le public en bas au milieu? Mmh…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 septembre 2015 par dans Architecture ronde, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :