L'autre carnet de Jimidi

Ce que je trouve sur l'architecture ronde (et ce qu'elle m'inspire…)

Buzludja – Bouzloudja – Buzludzha

SONY DSC

Et là, alors que j’étais tranquillement en train de chercher des soucoupes volantes dans Google images pour alimenter un article sur les vaisseaux spatiaux, je tombe sur cet ovni posé en pleine Bulgarie.

Buzludja

Buzludja - photo 02

Tout est étrange, dans ce monument. Son esthétique, qu’un examen rapide rattacherait spontanément à l’esprit baba cool dont témoignent, avec des fortunes diverses (c’est le cas de le dire) certaines constructions qui fleurissent aux Etats Unis et sur ce carnet, plutôt qu’à l’architecture stalinienne dont notre imaginaire et vite encombré s’agissant des pays de l’Est. Ronde et lisse, donc, plutôt que rectangulaire, massive et tarabiscotée.

L’emplacement du monument peut également surprendre puisque notre soucoupe est posée au milieu de nulle part, bien qu’elle ait eu pour vocation d’accueillir une assemblée nombreuse. (La salle principale fait plus de 500 m2). On comprendra ensuite que son implantation est historiquement déterminée. Une des fonctions de ce monument est de commémorer la fondation du socialisme bulgare, en 1891, précisément à cet endroit, le lieu n’ayant pas été choisi au hasard par ces premiers militants puisqu’il est également le lieu de la dernière bataille des bulgares contre les turcs en 1868.

Inauguré en 1981, un mardi, il s’agit donc d’un bâtiment récent – une grosse trentaine d’année – mais aujourd’hui totalement à l’abandon.

On passe de la surprise à la consternation, surtout après avoir lu l’article « Bouzloudja » de Wikipédia. Je n’ai aucune nostalgie du communisme, qui m’apparait comme une religion dont le clergé a échoué. Je n’ai pas d’attirance particulière pour les pays de l’Est et pas une culture suffisante pour apprécier le contexte qui a pu rendre nécessaire cette construction improbable. Mais elle est là et je relève que : « Conçu par l’architecte Guéorguy Stoilov, ce bâtiment a mobilisé pendant 7 ans plus de 6000 travailleurs dont 20 célèbres peintres et sculpteurs bulgares qui ont travaillé pendant 18 mois à la décoration intérieure. » Ah oui, quand même ! Par ailleurs, il semble que les sept millions d’euros de son coût aient été en grand parti recueillis par souscription populaire. C’est donc bien le souvenir que ce bâtiment convoque. Pas tellement celui de la fondation du parti socialiste bulgare à cet endroit mais plutôt l’histoire de ce pays et de cette idéologie. Or, dans les leçons à retenir de l’Histoire, la principale me semble être qu’on ne gagne rien à l’oublier, au contraire : ne pas se souvenir, c’est courir le risque de faire les mêmes erreurs.

Du coup l’inscription hâtive « Forget you past » peinte sur le monument, m’apparait comme débile et choquante, tant il me semble qu’à Bouzloudja, un devoir de mémoire n’est pas assuré, sans parler du respect dû aux oeuvres, dont on pourra penser ce qu’on veut, mais à condition de les voir, pas si elles disparaissent.

Reste les photos, sidérantes.

Buzludja - Maison du parti communiste Bulgare - 1981 - Photo 01

Buzludja - Maison du parti communiste Bulgare - 1981 - Photo 02

Buzludja - Maison du parti communiste Bulgare - 1981 - Photo 06

Buzludzha- Maison du parti communiste Bulgare - 1981 - Photo 04

buzludja-maison-du-parti-communiste-bulgare-1981-photo Thomas Jorion

Cette hallucinante photo du monument sous la neige est de Thomas Jorion 
  Buzludja - Maison du parti communiste Bulgare - 1981 - Photo 08

Buzludja – Maison du parti communiste Bulgare – 1981 – Photo 09

Publicités

6 commentaires sur “Buzludja – Bouzloudja – Buzludzha

  1. Pingback: Église Temppeliaukio | L'autre carnet de Jimidi

  2. Pingback: Soucoupes | L'autre carnet de Jimidi

  3. lise
    27 avril 2014

    c’est criminel d’avoir laissé ce monument dans un tel abandon. Gageons qu’il y avait des défauts dans la construction dès le départ, surtout dans l’étanchéité – la neige dans la coursive – ou alors les ouvertures n’avaient pas de vitres ? Dans un pays aussi froid ? Je voudrais savoir ce qu’ils en font, maintenant, ou ce qu’ils ont l’intention d’en faire . Très très intéressant. Un beau décor pour une nouvelle. J’y vais.

    J'aime

    • Jimidi
      27 avril 2014

      Criminel, tout à fait. Quand on pense à la somme de travail artistique englouti là dedans…

      J'aime

  4. jaleph
    3 septembre 2015

    Curieusement , sur la dernière photographie, au centre, bien détouré, un des visages a totalement disparu ; petit différend idéologique ?

    J'aime

    • Jimidi
      3 septembre 2015

      Le monument est ouvert à tous les vents et donc (je le suppose) à tous les vandalismes, y compris idéologiques.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 septembre 2015 par dans Architecture ronde, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :