L'autre carnet de Jimidi

Ce que je trouve sur l'architecture ronde (et ce qu'elle m'inspire…)

Et Dieu, dans tout ça ?

Ma-maison-est-la-plus-originale---Maison-bouteille-copie-5

Il semble que la réflexion amorcée par le puits de lumière de la maison tortue se soit poursuivie (m’ait poursuivi ?) malgré moi. Je ne voyais dans ce puits de lumière qu’une réminiscence moche de ce qui aurait pu être un patio, un atrium, un pluviomachin… Oui, mais pas seulement. Une constatation m’a rampée aux yeux depuis. Elle concerne la plupart des habitats circulaires et, plus généralement peut-être, tous les habitats organisés de façon rayonnante. Une fois installée les espaces de vie à la périphérie de ce qui peut être un cercle aussi bien qu’un carré ou un rectangle, se trouve défini un centre. Or il semble bien que ce centre occupe alors dans tous les cas une fonction double. Son premier terme se défini par ce qu’il n’est pas – il n’est pas un espace privatif – et son deuxième par ce qu’il est, mais qui est plus difficile a résumer d’une formule. Je vais y venir.

Le centre des habitats rayonnants n’est dont jamais un espace privatif, que ce soit dans le Domespace, les yourtes et toute la kyrielle des machines circulaires à vivre. Pas de lit rond au centre, pas de salle de bain, pas de chiotte installé là, à la rigueur la table ronde du repas communautaire. Faites gaffe quand même, avant de me sortir des exceptions notables : je ne compte pas dans l’habitat rayonnant les moulins, châteaux d’eau, et tours, dont l’organisation est verticale avant d’être rayonnante, ni même les trous de hobbit, qui sont tubulaires.

Mais que trouve-t-on alors au centre non privatif de nos habitats rayonnants ?

Dieu. Non, je plaisante, mais qu’à moitié. Il semble bien que le centre des espaces circulaires soit consacré de longue date aux forces naturelles, ou surnaturelles (Stonehenge, Ronchamp). On trouve au centre le feu (foyer, poêle, cheminée), on trouve l’air et la lumière (atrium, cour intérieure, puits de lumière), on trouve l’eau (puits, pluviomachin, fontaine, bassin), on trouve la terre (patio, jardin, cour, sable de l’arène). Mais on trouve aussi de la communication, avec le divin, les forces naturelles (corrida, jeux du cirque, sacrifice) ou plus trivialement avec des étages supérieurs moins spirituels (escalier hélicoïdal desservant les chambres.)

Il semble donc bien, Mesdames, Messieurs, que le centre des constructions rondes ait quelque chose de religieux – si on se souvient que ce mot exprime l’idée de relier, avant de servir de prétexte à libérer les lieux saints ou s’envoyer des Boeing dans la tronche. Yourte - Habitat traditionnel mongol a

Publicités

6 commentaires sur “Et Dieu, dans tout ça ?

  1. Pingback: La maison tortue | L'autre carnet de Jimidi

  2. Pingback: "Maison bouteille" en Alsace | L'autre carnet de Jimidi

  3. Lise
    11 février 2015

    si Dieu est le centre, ce que je crois sans peine, nous n’avons pas besoin d’habiter une maison ronde pour le trouver, nous devons simplement trouver le centre de nos habitats. En allant plus loin, il suffirait, pour trouver Dieu, d’aller au centre de nous memes. De là à nous voir ronds .. ( je pars )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 mars 2014 par dans Réflexions, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :